Marie CERMINOVÁ dite TOYEN (1902-1980)

Lot 149
40 000 - 60 000 €

Marie CERMINOVÁ dite TOYEN (1902-1980)


La gelée blanche, 1958.
Huile sur toile.
Signée et datée [19]58 en bas à droite.
Annotée au dos du nom du peintre, de la date et du titre.
46 x 38 cm.
Provenance:
-Offert par l'artiste à Clarisse Legrand, mariée en première noce à Gérard Legrand.
-Puis par descendance au propriétaire actuel.
Marie TOYEN Marie?ermínová, dite «Toyen», adopte pour pseudonyme la fin du premier mot français qu'elle apprit citoyen «Figure dominante du surréalisme tchèque, Toyen a partagé sa vie entre Prague, où elle travaillait en communauté d'esprit étroite avec Jindrich Štyrský, et Paris, où elle s'exile définitivement avec Jindrch Heisler en 1947. Si elle occupe dès lors, aux côtés d'André Breton, une des places majeures dans le groupe surréaliste parisien des années 1950, elle a su maintenir jusqu'au bout une quête solitaire - celle d'une poésie sans compromission. Rompant très jeune avec son entourage, elle rejoint en 1923 le groupe avant-garde «poétiste» pragois Dev?tsil, qui l'amène à abandonner les partis pris cubistes de ses débuts pour une sorte d'abstraction lyrique. Les objectifs de l'«artificialisme», qu'elle définit alors avec J. Štyrský, visent à provoquer par la peinture «des émotions poétiques qui ne sont pas seulement optiques, à exciter une sensibilité qui n'est pas seulement visuelle». (...) Avec J. Štyrský et d'autres artistes, parmi lesquels les poètes Karel Teige et Václav Nezval, elle fonde en mars 1934 le groupe surréaliste tchèque. Les liens tissés avec le groupe français dès 1933 se resserrent davantage lors de la venue d'André Breton et de Paul Éluard à Prague (...). Désormais, les oeuvres de Toyen relèvent pleinement du surréalisme.»... Elle participe à de nombreuses expositions surréalistes, en 1936 à Londres, 1937 à Tokyo, 1938 à Amsterdam et à Paris, mais également après la guerre, en 1947 à la galerie Denise René et à la galerie Maeght à Paris, en 1959-1960, à la galerie Daniel Cordier à Paris, en 1960-1961 à la galerie D'Arcy à New York pour n'en citer que quelques-unes.... «Jusqu'à la mort d'André Breton sa participation à l'activité surréaliste sera constante. Louée par les surréalistes, son oeuvre est connue pour sa recherche de l'étrange, ses représentations de paysages habités par des figures ou des animaux inquiétants, et la précision de ses dessins à la plume.»
Sources: Agnès de La Beaumelle Extrait du Dictionnaire universel des créatrices © 2013 Des femmes - Antoinette Fouque et galerie Thessa Herold, Paris
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue