CAMUS ALBERT (1913 - 1960)

Lot 811
40 000 - 50 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 47 500 €

CAMUS ALBERT (1913 - 1960)


CORRESPONDANCE AUTOGRAPHE SIGNÉE À LILIANE CHOUCROUN. 32 L.A.S., Salzburg, Arles, Alger 7 juillet 1936- 7 mai 1952.
32 lettres autographes signées d'Albert Camus à Liliane Choucroun dont 1 carte et 1 télégramme et 30 enveloppes, 51 pages de divers formats, la plupart in-4.
L'ensemble de ces lettres se situe entre 1936 et 1940.
Jean-Jacques Dulong, fils de Liliane Choucroun précise en mars 2014: «Ma mère, Liliane Dulong, née Choucroun à Oran le 16 octobre 1911 conserva toujours précieusement auprès d'elle les 32 lettres que lui a adressées son ami Albert Camus. Elle ne s'en sépara jamais...
Elle les conservait religieusement dans un petit sac qui leur était dédié. Elles étaient pliées dans la mesure où cela restait possible dans leur enveloppe d'origine avec ces noms et adresses écrits à la main par celui qui n'était pas encore l'illustre auteur qu'il devint dès la fin de la guerre mais un jeune intellectuel en devenir, déjà entouré d'une extrême aura dans le petit monde intellectuel de l'Alger des années 30. Il avait été pour elle avant tout un ami, un vrai, un être rare. Ils s'étaient connus sur les bancs de la Faculté de Lettres d'Alger. Ils avaient appartenu au même groupe avant-gardiste dont
Camus était le leader naturel... Ils détonaient par leur liberté d'esprit marquée par une absence flagrante de préjugés moraux, sociaux, politiques, et même ethniques dans une Algérie française foncièrement conservatrice et même rétrograde. Elle accompagna Camus dans ses aventures littéraires, théâtrales, politiques et même personnelles.
Elle lui présenta ainsi une jeune oranaise, Francine, celle qui allait devenir sa femme et la mère de ses enfants. Elle inspira le personnage d'Eliane dans la Mort heureuse... Ils se retrouvèrent à Paris en 1945 dans le Saint Germain des Prés, déjà mythique de l'époque dont
Camus était l'un des phénix, et en particulier au Club saint germain dont l'oncle de ma mère était le propriétaire. Elle y rencontra Gide et fréquenta Artaud, Adamov, Audiberti et d'autres... Leur amitié fut pure, sincère et totalement désintéressée. C'est ce qui fit son prix pour l'un comme pour l'autre, ils la vécurent jusqu'à la mort prématurée de Camus. Avec elle, Camus était lui-même. Il ne jouait ni ne campait un personnage comme il eut sans doute tendance à le faire dès ses premières années algériennes avec d'autres. Et c'est alors la vraie nature de l'homme Camus qui surgit, celle d'un humaniste quelque peu désenchantée mais qui croit malgré tout profondément dans la grandeur de la condition humaine. (Jean-Jacques Dulong).»
Les 32 lettres inédites d'Albert Camus à son amie de jeunesse révèlent l'attention que prête Camus aux interrogations d'ordre existentielles de Liliane Choucroun et son extrême conscience quand il lui fait part de ses multiples activités et projets:
Le développement de la Maison de la Culture d'Alger et du Théâtre du travail, centres de la Culture française à Alger qui lui permettent de concilier sa passion pour le théâtre et la politique.
Correspondance inédite d'une grande importance.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue